Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Spectateurs connaisseurs

Portugal's forward Cristiano Ronaldo (centre R) chats with fans after a training session at Moises Cicarelli stadium in Campinas
© AFP

À Recife, c'est la mi-temps du match de la première journée du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Le Japon mène 1:0 devant la Côte d'Ivoire et peu après l'entrée des joueurs sur le terrain pour disputer la deuxième période, la majeure partie du public présent à l'Arena Pernambuco commence à réclamer Didier Drogba, assis sur le banc des remplaçants.

La scène n'a rien d'original, à ceci près que le match n'a pas lieu en Côte d'Ivoire. Les dizaines de milliers de personnes qui demandent l'entrée en jeu de la star ivoirienne sont pour la plupart des Brésiliens, probablement peu au fait des différentes options du sélectionneur Sabri Lamouchi. Et pourtant, ces spectateurs se comportent comme si la Côte d'Ivoire était le club de leur cœur et Drogba leur idole de toujours.

"C'était réellement incroyable, totalement surréaliste", commente Drogba au sujet de cet épisode. Peu de temps après l'entrée en jeu de son avant-centre fétiche, la Côte d'Ivoire inscrira deux buts coup sur coup et Drogba sera ovationné chaque fois qu'il touchera le ballon. "C'est très difficile de croire qu'il puisse y avoir autant d'affection quand vous jouez avec votre sélection dans un autre pays. On se serait vraiment cru en Côte d'Ivoire. Honnêtement."

Ce qui est arrivé à Drogba n'est cependant pas un épisode unique à Brésil 2014. À Porto Alegre, le public s'est enthousiasmé pour Karim Benzema, il est vrai auteur d'un match d'anthologie devant le Honduras. À l'Arena de São Paulo, Luis Suárezétait sifflé par les supporters anglais chaque fois qu'il venait tirer un corner d'un côté du terrain tandis que de l'autre, il était encouragé par les supporters brésiliens. Les stars sont en général reconnues et aimées par les téléspectateurs du monde entier mais au Brésil, cette relation particulière se manifeste jusque dans les stades.

Il ne pouvait en être autrement
"Depuis 20 ans, les changements économiques et législatifs ont fait que la plupart des bons joueurs brésiliens évoluent dans le football européen à un moment ou à un autre de leur carrière", avait expliqué Luiz Felipe Scolari au cours d'un entretien avec FIFA.com. "Cela a eu comme conséquence d'augmenter l'intérêt des supporters brésiliens pour les championnats en Europe. Aujourd'hui, beaucoup d'amateurs de football ici ont même leur club favori en Europe."

Le supporter brésilien est naturellement fanatique de football. Ce qui se passe pendant cette Coupe du Monde au Brésil, c'est que toutes les stars devenues familières grâce à la télévision évoluent, pour la première fois de leur vie, à quelques mètres des spectateurs locaux. Le phénomène se produit quelle que soit la sélection concernée. Même l'Argentine, ennemi juré du Brésil dans le football international, a été accueillie avec enthousiasme dans l'État du Minas Gerais, par des Brésiliens affublés du maillot albiceleste et criant les noms des stars argentines. "C'est beau et la raison en est simple : c'est la démonstration de l'affection du peuple brésilien pour Lionel Messi", affirme l'Argentin Lucas Biglia. "L'admiration pour le football est plus importante que n'importe quelle rivalité."

Une chose se constate partout au cours de la présente édition de la Coupe du Monde : le public brésilien sait recevoir, quelle que soit l'identité de l'adversaire et d'où qu'il vienne. D'ailleurs, les entraînements des sélections du monde entier déclenchent régulièrement un enthousiasme débordant, voire hystérique dans le cas de Cristiano Ronaldoà Campinas. On a également vu les Allemands tomber dans les bras de spectateurs baianos et les joueurs anglais suffisamment décontractés pour s'essayer à la capoeira.

Il ne s'agit pas seulement de curiosité pour quiconque vient de l'étranger. "Il était évident que les grandes stars du football mondial allaient être très bien reçues ici, aussi bien sur le terrain qu'en dehors. Qui pensait le contraire ne connaissait pas les supporters brésiliens. C'est un pays réceptif par nature et totalement passionné de football. Les Brésiliens vont forcément bien traiter les vedettes du football", avait pressenti David Luiz pour FIFA.com avant le tournoi.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Iker Casillas of Spain watches as a header from Robin van Persie of the Netherlands goes over his head

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

L'Arena Fonte Nova bénie des dieux

25 juin 2014

Luiz Gustavo of Brazil, Marcelo, David Luiz, Julio Cesar and Thiago Silva sing the National Anthem

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

La Seleçao résiste à la pression maison

22 juin 2014