Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Star d'Afrique du Sud 2010… à son insu

© AFP

Oubliez Forlán, Müller et Iniesta. La vraie star de la Coupe du Monde de la FIFA qui vient de s'achever n'est pas un maître du ballon rond doté de deux jambes, mais un roi des prédictions arborant plusieurs tentacules.

Car si Forlán et ses congénères nous ont régalés pendant Afrique du Sud 2010, ils ne peuvent toutefois pas se targuer de n'avoir pas commis la moindre erreur pendant le tournoi, contrairement à Paul. Le fameux poulpe est devenu une véritable vedette mondiale pour ne s'être jamais trompé pendant la Coupe du Monde de la FIFA. Au point d'attiser toutes les convoitises pour un éventuel transfert…

Résumons. Paul a établi sa réputation en donnant huit pronostics exacts en autant de tentatives, depuis les matches de groupes jusqu'à la finale d'Afrique du Sud 2010. Pour annoncer son verdict, le pensionnaire de l'Oberhausen Sea Life Centre devait choisir entre deux boîtes ornées du drapeau respectif des équipes amenées à en découdre. Au préalable, une moule avait été placée dans chacun des deux récipients en guise de stimulants pour le céphalopode. Au fil de ses bons pronostics, Paul le poulpe a commencé à attirer l'attention des médias. À partir des matches à élimination directe, ses prédictions ont même été diffusées en direct dans les plus grands journaux télévisés de la planète. "Poulpe", "Octopus" (en anglais), "Pulpo" (en espagnol) sont vite devenus les mots les plus utilisés sur les moteurs de recherche Internet ou sur Twitter.

Des gardes du corps avant la finaleLa popularité du mollusque n'a certes pas été universelle. Après avoir correctement prédit les résultats des quatre premiers matches de l'Allemagne en Afrique du Sud, Paul a annoncé la victoire des hommes de Joachim Löw sur l'Argentine. Dans la foulée, Nicolas Bedorrou - un grand chef argentin - s'est mis à poster sur Facebook toutes les recettes à base de poulpe de son répertoire culinaire.

Les choses sont devenues plus sulfureuses encore quand l'animal, qui jusque-là semblait particulièrement attiré par le drapeau de l'Allemagne, a opté pour les couleurs de l'Espagne juste avant la demi-finale entre les deux équipes. La réaction des supporters de la Mannschaft a été immédiate : à la Fan Fest de Berlin, des milliers de gens ont entonné des chansons hostiles à Paul, imitées en cela par les journaux, dont certains ont suggéré de faire passer Paul à la poêle ou de l'envoyer en villégiature chez les requins.

Pendant que les Allemands se détournaient de leur ancienne idole, les Espagnols faisaient de la bête leur héros. Quand Paul s'est prononcé pour l'Espagne comme futur vainqueur de la 19e Coupe du Monde de la FIFA, le Premier ministre espagnol Jose Luis Rodríguez Zapatero a même offert - sur le ton de la plaisanterie - d'envoyer une équipe de gardes du corps pour protéger cette nouvelle gloire du football moderne. Elena Espinosa, ministre de l'environnement en Espagne, a même promis de protéger le poulpe en vertu des lois sur la conservation.

Des offres d'hommes d'affaires espagnols ont commencé à arriver, un festival d'été a été envisagé au nom du poulpe et des t-shirts à la gloire d'Iniesta et compagnie ont été imprimés, avec des motifs… tentaculaires. Certains sont même allés jusqu'à suggérer que le poulpe remplace le taureau comme symbole national de l'Espagne.

De retour à l'anonymat... ou presqueDes débats ont eu lieu pour essayer de déterminer la nationalité de Paul. Son responsable allemand a indiqué qu'il avait été attrapé dans des eaux italiennes et non élevé dans un aquarium anglais, comme cela avait été suggéré initialement. "Son nom est Paolo !", annonçait le quotidien sportif italien Tuttosport. Pour Il Corriere della Sera, la nouvelle était "une maigre consolation après le tournoi raté des Azzurri".

Une fois le rideau retombé sur Afrique du Sud 2010, l'Oberhausen Sea Life Centre a annoncé que Paul allait prendre sa retraite internationale et retrouver son occupation antérieure, à savoir "faire rire les enfants". Cela n'a pas empêché le zoo de Madrid d'essayer d'obtenir son transfert. Amparo Fernandez, porte-parole de l'institution madrilène, a justifié ainsi son intention d'acquérir le céphalopode : "Ils nous ont ramené la Coupe du Monde, nous pouvons bien ramener Paul. Il est l'un des symboles de ce tournoi".

Malgré une offre d'échange d'animaux et d'indemnités de transfert, sans parler de la proposition d'une société de paris russe, Paul semble destiné à rester en Allemagne. "Il est complètement hors de question de le vendre ou de le prêter", a résumé hier la porte-parole du Sea Life, Kerstin Kühn. "Il va pouvoir retrouver un peu de calme, ici à Oberhausen".

Paul semble donc amené à reprendre sa routine quotidienne, tandis que les experts de la faune comme ceux du football continueront de se demander pendant longtemps comment un poulpe a pu entrer dans la légende de la Coupe du Monde de la FIFA… par le biais des pronostics.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA™

Paul the 'psychic' octopus

19 juil. 2010