Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Tostão veut du sang neuf

Célèbre pour son sens du placement hors pair et son intelligence footballistique, Tostão fut l'une des grandes vedettes de la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970. L'ancien joueur de la Seleção et de Cruzeiro avait joué un rôle essentiel dans l'équipe qui avait définitivement offert la Coupe Jules Rimet au Brésil. Une équipe aujourd'hui encore considérée comme la meilleure de tous les temps.

Eduardo Gonçalves de Andrade, alias Tostão est toujours à ce jour le meilleur buteur du club de Cruzeiro (état de Minas Gerais). Si un décollement de la rétine en 1969 ne l'avait pas contraint à abandonner prématurément sa carrière sportive, il aurait participé à la Coupe du Monde de la FIFA 1974.

Tostão est aujourd'hui l'un des chroniqueurs sportifs les plus admirés et respectés de son pays. Il rédige des articles pour la Folha de São Paulo ainsi que pour une dizaine d'autres quotidiens.

Dans cet entretien exclusif accordé à FIFAworldcup.com, le journaliste nous livre son analyse sur la performance du Brésil à Allemagne 2006. Il donne également son avis sur ce que doit être l'avenir immédiat de la Seleção.

Pourriez-vous nous livrer un rapide commentaire de la rencontre face à la France ?

Le Brésil a très mal joué et le résultat est tout à fait logique. La Seleção a adopté un mauvais positionnement. Elle a effectué un marquage individuel beaucoup trop lâche. Le milieu de terrain est resté trop en retrait, ce qui a créé des espaces pour Zidane, Vieira et Makelele. Dans ces conditions, ce sont les Français qui ont maîtrisé le ballon et dominé le match. En plus, nos joueurs n'ont pas été bons individuellement.

Le résultat en soi n'est pas une véritable surprise car la France avait l'équipe pour battre le Brésil. Les deux formations sont pratiquement au même niveau. Ce qui a été surprenant en revanche, c'est l'apathie dont on a fait preuve. On a laissé les Français dicter le jeu pendant toute la partie.

Alors qu'on était encore qu'en première période, les supporters brésiliens présents dans le stade ont demandé plus de "hargne" de la part de leurs joueurs. Pensez-vous qu'ils aient manqué de volonté ?

Certainement pas. Quand je dis qu'ils ont été "apathiques", je ne veux pas dire "désintéressés". Je parle de la manière dont ils ont joué. Ce que je veux dire, c'est que c'est le style de jeu de Parreira. Il en a été ainsi dès le premier match. Au cours de ses cinq rencontres, le Brésil a toujours pratiqué un marquage à distance.

(Carlos Alberto) Parreira affectionne les équipes qui jouent en retrait, avec une défense fermée qui laisse peu d'espace. En jouant ainsi, nos adversaires ont pu monter et se créer des occasions de but. On n'est pas allés au contact, on n'a pas récupéré de ballons. On n'a pas été assez agressifs. Ça s'est bien passé au cours des premiers matches parce que les adversaires étaient plus faibles. Même en jouant mal, on a réussi à gagner. Mais quand on s'est retrouvés face à un adversaire de notre niveau, nos lacunes ont été plus criantes.

Comment peut-on expliquer la contre performance d'un joueur comme Ronaldinho ? Il a été largement en deçà des attentes, pas seulement contre la France, mais durant tout le tournoi.

Tout d'abord, quand une équipe n'est pas bonne collectivement, les stars ne brillent jamais individuellement. Il est illusoire de penser qu'un joueur à lui seul va permettre à l'équipe de bien jouer. C'est quand l'équipe est bonne, quand il y a une bonne cohésion et une bonne organisation que les joueurs se mettent en évidence individuellement.

Ensuite, Parreira n'a pas adopté un schéma tactique qui facilite la tâche de Ronaldinho, de Kaká ou des autres joueurs. Ils jouent tous différemment dans leurs clubs. A Barcelone, Ronaldinho est libre en attaque. Mais ce qui est plus important, c'est que le Barça à un style de jeu à l'opposé de la Seleção. Je savais qu'il serait impossible pour le Brésil d'adopter le football de Barcelone. Mais j'espérais quand même que la performance individuelle de Ronaldinho soit nettement meilleure que ce qu'on a vu. C'est une vraie déception, mais cela n'enlève rien à son talent. Ce ne sont pas quelques matches, même s'il s'agit de la Coupe du Monde, qui peuvent nous faire changer d'avis à son sujet, car cela fait suffisamment années qu'il nous offre son spectacle. Il est évident qu'on va lui en demander de plus en plus. Je suis persuadé que lui, comme Kaká, ont toutes les chances de retrouver le prestige qu'ils avaient avant la Coupe du Monde.

Retenez-vous des aspects positifs de cette Seleção ? Y a-t-il des joueurs qui vous ont plu ?

Ce sont les plus "anonymes" qui ont le mieux joué. Les deux défenseurs Lúcio et Juan ont été bons ; Dida également. Zé Roberto, malgré les limites qui lui ont été imposées, a aussi réalisé une bonne performance. Ces quatre joueurs ont fait ce que l'on attendait d'eux. Ce sont les seuls qui n'ont pas déçu.

Et pour l'avenir, à quoi faut-il s'attendre ?

Il est parfois bon de perdre une Coupe du Monde. Cela permet de se rendre compte que des joueurs qui avaient brillé par le passé auraient déjà dû être remplacés. Toutefois, je comprends très bien la situation de Parreira face à des garçons comme Cafu, Roberto Carlos et Ronaldo. Tout le monde, pas seulement Parreira mais aussi la presse, pensait vraiment que ces joueurs pourraient réaliser une bonne Coupe du Monde.

Roberto Carlos et Cafu ont confirmé la passe difficile qu'ils connaissent dans leurs clubs depuis pas mal de temps. Il va donc falloir apporter des changements à la Seleção. Je pense que ces deux joueurs, tout comme Emerson, ne feront plus partie de l'équipe après cette Coupe du Monde.

Bien qu'il n'ait que 29 ans, je crois aussi qu'on ne devrait plus convoquer Ronaldo. Il a très peu de chances de participer à la prochaine Coupe du Monde. A cause des blessures graves qu'il a connues, il joue comme s'il avait déjà pas mal d'années de plus. Il évolue dans un espace réduit et n'a plus la vitesse qu'il possédait auparavant.

On va donc devoir rénover l'équipe en profondeur. Kaká et Ronaldinho, sur qui on peut encore compter pour la prochaine Coupe du Monde, doivent servir de base au nouveau groupe. Il faut espérer que d'autres excellents joueurs fassent leur apparition. Un changement de sélectionneur semble aussi inévitable. Au vu de la déception et de l'ambiance actuelle, je pense que ce serait une bonne chose.