Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Une panne de buts qui coûte cher

Ottmar Hitzfeld head coach of Switzerland consoles players
© Getty Images

Tous les passionnés de football le savent bien : pour gagner, il faut marquer des buts. Vendredi soir à Bloemfontein, la Suisse l'a appris à ses dépens. Les hommes d'Ottmar Hitzfeld ont pourtant brillé dans la construction du jeu mais sans jamais parvenir à trouver la faille dans la défense hondurienne. Ce manque d'efficacité dans le dernier geste explique en grande partie le score nul et vierge qui a sanctionné les débats entre la *Nati *et le Honduras. Du côté helvète, la pilule est dure à avaler car ce résultat décevant ferme définitivement les portes des huitièmes de finale à l'ambitieuse équipe européenne.

"Qu'est-ce qui nous a manqué ? Des buts ! Tout se passait très bien, jusqu'à ce que nous arrivions dans les seize mètres adverses. Notre incapacité à conclure nous a coûté cher", constatait au micro de la FIFA Hakan Yakin dans les couloirs du stade Free State, quelques minutes après le coup de sifflet final. "Nous sommes très déçus car nous voulions gagner par deux buts d'écart afin d'assurer notre qualification pour le second tour. Malheureusement, la chance n'était pas de notre côté !"

L'hypothèse d'un simple coup de sort ne semble pourtant pas convenir à tout le monde. Interrogé par FIFA.com, le sélectionneur national propose d'autres pistes : "Cela fait un moment que nous peinons devant le but adverse. Nos frappes manquent de précision". Ancien vainqueur de la Ligue des champions avec le Borussia Dortmund et le Bayern Munich, le technicien allemand attendait sans doute davantage de ses attaquants.

De fait, Blaise Nkufo et Eren Derdiyok ont bénéficié d'excellents services tout au long de la rencontre, grâce notamment aux efforts déployés par Tranquillo Barnetta sur le côté. Entré en cours de jeu, Alexander Frei a eu lui aussi l'occasion de donner l'avantage à son équipe. Toutefois, si la Suisse s'est montré performante sur les ailes, elle a souvent éprouvé quelques difficultés à s'imposer dans l'axe. "Il nous a manqué la dernière passe. Dans ces conditions, nous ne méritons pas d'aller en huitième de finale", reconnaît froidement Barnetta devant la FIFA.

L'effet boomerang
En outre, force est de constater que les problèmes offensifs de la sélection helvète ne datent pas de son arrivée en Afrique du Sud. La blessure de Marco Streller, sur lequel Hitzfeld comptait beaucoup, a posé beaucoup de problèmes sur le plan de l'organisation. Frei aurait pu en profiter pour jouer à nouveau les premiers rôles mais l'ancien Rennais a lui aussi connu quelques soucis de santé qui l'ont gêné tout au long de sa préparation. Les Suisses ont également dû gérer un élément en apparence très positif mais qui s'est finalement avéré être un véritable handicap.

L'incroyable victoire sur l'Espagne (1:0) a pris le monde du football par surprise et propulsé les hommes d'Hitzfeld sur le devant de la scène. Barnetta a beau répéter que les joueurs "n'ont pas été aveuglés" par ce succès inattendu face aux champions d'Europe, tout le monde attendait la *Nati *au tournant à l'heure d'affronter le Chili. "Contre le Chili, c'était n'importe quoi", regrette le milieu de terrain du Bayer Leverkusen. La défaite face aux Sud-américains a sans doute fait beaucoup de mal à ce groupe, qui a dû puiser dans ses réserves pour retrouver un peu d'allant et préparer au mieux la rencontre décisive contre le Honduras.

Vu sous cet angle, le parcours de la Suisse s'éclaire d'un jour nouveau. Déchargés de toute responsabilité dans le jeu contre l'Espagne, les Helvètes ont pu laisser parler leurs qualités en contre. En somme, les protégés d'Hitzfeld sont plus dans la réaction que dans l'action. Mis dans l'obligation de l'emporter face au Honduras, ils ont bien failli goûter à leur propre médecine. A l'heure du bilan, les plus optimistes souligneront que la Suisse n'a encaissé qu'un but en Afrique du Sud. Elle n'en a cependant inscrit qu'un seul. Ni plus, ni moins. Un petit but et c'est tout. Parfois, il n'y a pas besoin d'aller chercher les explications très loin.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Switzerland - Honduras

Coupe du Monde de la FIFA™

Switzerland - Honduras

25 juin 2010