Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Waddle : "Les Anglais ont toujours leurs chances"

4 Jul 1990: Lothar Matthaus (right) of Germany takes on Chris Waddle of England during the World Cup semi-final at the Delle Alpi Stadium in Turin, Italy.
© Getty Images

On ne peut pas dire que l’Angleterre ait fait des étincelles pour ses débuts à Afrique du Sud 2010. Toutefois, l’histoire des Three Lions *nous révèle qu’il est encore trop tôt pour enterrer les espoirs britanniques dans cette Coupe du Monde de la FIFA. Les hommes de Fabio Capello n’ont récolté que deux petits points lors de leurs deux premières rencontres du Groupe C, face aux Etats-Unis et à l’Algérie. Pire, leur prestation de vendredi a été si terne que le célèbre quotidien anglais *The Independent l’a décrite comme "un véritable naufrage collectif digne de somnambules léthargiques".

Ce n’est pourtant pas la première fois que l’Angleterre se retrouve dans une telle situation. Il suffit de demander à l’ancien ailier de l’Olympique de Marseille Chris Waddle, membre de la sélection dépêchée au Mexique pour l’édition 1986. Bloqués à un point en deux matches et avec zéro but au compteur, les *Three Lions *n’avaient dû leur salut qu’à un triplé de Gary Lineker contre la Pologne, avant de mordre le gazon en quart de finale face au futur champion argentin. Quatre ans plus tard, en Italie, Waddle avait pris du galon dans une équipe d’Angleterre une nouvelle fois en difficulté à l’issue des deux premières journées, soldées par deux nuls face à la République d’Irlande et les Pays-Bas. Mais un succès étriqué 1:0 contre l’Egypte avait permis aux protégés de Bobby Robson de s’extirper de leur groupe pour s’incliner en demi-finale face à l’Allemagne, aux tirs au but.

Il n’est donc pas question d’envoyer aux orties les chances anglaises à l’approche du troisième match décisif de mercredi face au premier du Groupe C, la Slovénie. "C’est typique de l’Angleterre d’arracher la qualification au troisième match", glisse Chris Waddle, consultant en Afrique du Sud pour BBC Radio, à FIFA.com. "Les Anglais ont toujours leurs chances, car sans manquer de respect à la Slovénie, c’est une équipe qui a certes marqué trois buts, mais qui n’est pas irréprochable en défense. Cette formation est bonne mais pas imbattable. Pour gagner, il faudra avoir confiance en nous. On dirait que les joueurs ressentent une pression mais ils vont devoir trouver un moyen de passer outre. Il devront faire ce qu’il faut pour arriver sur le terrain détendus et jouer comme ils savent le faire en club."

"C'est ça, l'Angleterre ?"
Au sortir du nul 1:1 de l’Angleterre face à l’Irlande en 1990, le quotidien romain La Repubblica s’était interrogé : "C’est ça l’Angleterre ?" La prestation de vendredi face à l’Algérie a posé la même question et le parallèle entre les deux époques ne s’arrête pas là. En 1990, les joueurs avaient pris la parole pour persuader le sélectionneur Bobby Robson d’incorporer un libéro avant le match face aux Pays-Bas. Aujourd’hui, certains cadres tentent de convaincre Capello d’aligner Wayne Rooney en attaquant de pointe devant Steven Gerrard et de placer Joe Cole en milieu gauche. Le Daily Telegraph de lundi parle du "pire affront fait à l’autorité d’un sélectionneur de l’Angleterre depuis Italie 90, où Bryan Robson était allé protester devant Bobby Robson".

Si la crispation prend le dessus, l’Angleterre pourrait bien être éliminée

Frustré de ne pas briller dans la compétition, Rooney s’est laissé aller à quelques sarcasmes devant une caméra de télévision en quittant la pelouse vendredi soir. "Ça fait plaisir de se faire siffler par ses fans", a lâché l’attaquant de Manchester United, qui s’est excusé par la suite. Waddle, qui avait notamment manqué sa tentative lors de la défaite aux tirs au but face à l’Allemagne, commente : "Nous devons trouver une solution pour tirer le maximum de Rooney, Gerrard et Frank Lampard, qui ne parvient pas non plus à s’exprimer. Il faut réussir à trouver le bon équilibre, que ce soit en 4-5-1 avec Rooney en pointe ou en 4-4-2. Mais quelle que soit la formation adoptée, il faut que l’équipe soit confiante. Si la crispation prend le dessus, l’Angleterre pourrait bien être éliminée."

"La pression est sur l'Angleterre"
Cependant, les performances des *Three Lions *lors des deux premières journées ne sont pas pour rassurer l’ancienne coqueluche du Stade Vélodrome. "Lors du premier match, Gerrard est sorti du lot, mais collectivement, nous n’avons encore rien montré. Avec le dispositif mis en place, la mayonnaise ne prend pas. Contre les Pays-Bas, lors de la deuxième journée d’Italie 1990, nous avions bien joué. Cela n’a pas été le cas pour le moment. J’ai trouvé la prestation face aux Etats-Unis moyenne et celle face à l’Algérie très insuffisante. Comment repartir dans une bonne dynamique ? L’Angleterre peut bien jouer si elle se libère mais la Slovénie ne va rien lâcher."

Chris Waddle n’espère qu’une chose : voir les meilleurs joueurs anglais prendre leurs responsabilités comme cela a été le cas au cours des éditions précédentes. "Si la Slovénie décroche un nul, elle est qualifiée, alors la pression est sur l’Angleterre une fois de plus. Les joueurs doivent faire en sorte d’oublier la pression liée à leur statut et à ce qu’ils représentent pour montrer ce qu’ils savent faire et aller chercher un résultat."

Explorer le sujet