• Les performances de leur sélection ont uni les Syriens
  • Le retour d'Al Soma a renforcé le secteur offensif
  • Les Aigles du Qassioun ont disputé 20 matches de qualifications en 28 mois

Le rêve de la Syrie de participer à Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ a pris fin avec la cruelle défaite concédée en Australie en match retour du barrage de l'AFC. Cela dit, les Socceroos ont dû avoir recours à la prolongation pour rester en course pour une éventuelle qualification à Russie 2018.

Les exploits des Syriens sont une source de bonheur pour leurs compatriotes qui, depuis 2011, sont plongés dans une situation difficile. Malgré l'amertume liée à la défaite en prolongation contre l'Australie, sans parler du poteau touché par Omar Al Soma dans les derniers instants de la partie, la Syrie peut aborder l'avenir avec optimisme après avoir livré des prestations prometteuses pendant toute la campagne. L'espoir est réel de faire encore mieux pour Qatar 2022.

Voyage de rêve
La Syrie a débuté son parcours au deuxième tour, dans le Groupe E, aux côtés du Japon, de Singapour, de l'Afghanistan et du Cambodge. Les Aigles du Qassioun ont battu les trois derniers à l'aller et au retour, concédant leurs deux seules défaites face au Japon (3:0 à Mascate et 5:0 à Tokyo).

Tandis que la Syrie se qualifiait pour le troisième tour grâce à sa deuxième place derrière le Japon, la fédération nationale décidait de remplacer le sélectionneur Fajr Ibrahim par Ayman Hakeem. "Malgré les circonstances difficiles au pays, avec de la détermination et de la confiance nous pouvons y arriver", annonçait alors l'entraîneur à FIFA.com. "Les joueurs veulent montrer qu'ils ont le moyen d'obtenir de bons résultats et nous sommes convaincus, en tant que Syriens et footballeurs, que nous pouvons continuer à gagner".

Hakeem et ses joueurs ont joint les actes aux paroles en passant tout près de décrocher un billet direct pour Russie 2018 lors de l'ultime journée. Ils ont finalement terminé à la troisième place du Groupe A, synonyme de barrage continental contre l'Australie. Les Socceroos ont pris le dessus, mais les Aigles du Qassioun ont montré de leur côté qu'ils constituaient une équipe très compétitive.

Et maintenant ?
Malgré la déception, la Syrie a insufflé une grosse dose de bonheurà des millions de Syriens et anoncé ses intentions pour l'avenir. "Notre équipe a réussi quelque chose d'énorme", estimait Hakeen après le match retour en Australie. "Nous avons tout fait pour nous qualifier pour le barrage intercontinental et le rêve est resté dans le domaine du réalisable jusqu'à la dernière minute. Jusqu'au bout, nous avons permis au peuple syrien d'y croire, même si nous n'avons pas obtenu le succès que l'on espérait."

Les Syriens ont su rivaliser avec de grandes équipes et à gagner des matches. Ils doivent maintenant espérer se qualifier pour Qatar 2022 après neuf tentatives infructueuses de s'ouvrir les portes de la Coupe du Monde.

Le joueur à suivre
Après une longue absence de l'équipe nationale, Omar Al Soma a retrouvé la sélection cette année, renforçant ainsi le secteur offensif. À 28 ans, ans, il évolue à Al-Ahly Djeddah, en Arabie Saoudite. Au match aller, il avait égalisé contre l'Australie, avant d'ouvrir le score lors de la seconde manche. Al Soma a trouvé le chemin des filets dans trois matches de qualifications consécutifs et il est aujourd'hui l'un des meilleurs attaquants d'Asie.

La stat
20 - C'est le nombre de matches disputés par les Syriens dans les qualifications pour Russie 2018. Leur campagne avait commencé le 11 juin 2015 et s'est conclue avec un bilan de neuf victoires, cinq nuls et six défaites.