Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

21 novembre - 18 décembre

RP Chine

Zhao a montré la voie vers le rêve chinois

Rivaldo of Brazil and Weifeng Li and Junzhe Zhao of China
© Getty Images
  • Enfant, Zhao Junzhe rêvait de disputer une Coupe du Monde
  • Il a participé à Corée/Japon 2002
  • Il espère voir la Team Dragon renouer avec le succès sous les ordres de Li Tie

En 1992, le jeune Zhao Junzhe, 12 ans, évolue au sein des équipes de jeunes de la province de Liaoning. "Je vais travailler dur pour aider la Chine à se qualifier pour la Coupe du Monde", annonce-t-il à l’époque. Son rêve est aussi celui de millions d’enfants à travers le monde, mais les chances de le voir se réaliser sont d’autant plus minces que la Team Dragon n'a jamais participé à l’épreuve mondiale, et sur le terrain, rien n’indique que la situation est près de changer.

Pourtant, dix ans plus tard, la RP Chine fait ses débuts en Coupe du Monde de la FIFA™ avec, dans ses rangs, un certain Zhao. Titulaire contre le Brésil, il voit l’une de ses frappes heurter le montant du but de la Seleçao, future lauréate de l’épreuve. "Notre génération a grandi avec l’ambition de participer à la Coupe du Monde", explique Zhao, aujourd’hui manager général de Shijiazhuang Yongchang. "Dès notre plus jeune âge, nous étions conscients que notre devoir était de conquérir l’Asie pour partir à la découverte du monde. Pour nous, ce n’était pas qu’un simple slogan. C’était notre mission et notre rêve."

Espoirs confirmés

Né à Shenyang, Zhao commence à jouer au football en 1985. Cette année-là, la RP Chine voit ses dernières chances de qualification pour Mexique 1986 partir en fumée, à la suite d'un match contre Hongkong. Il s’entraîne sous les ordres de Zhang Yin, un éducateur célèbre dans son pays pour avoir formé de nombreux internationaux chinois. "Zhang a monté une équipe de jeunes et mon père, qui adorait le football, m’a proposé de la rejoindre", raconte-t-il. "Nous vivions loin du centre d’entraînement. Chaque matin, avant le lever du soleil, mon père enfourchait son vélo et pédalait pendant plus d'une heure pour me conduire sur place. C'était dur, surtout l’hiver, car il faisait très froid."

"Mon père était au chômage et, pour m’aider, il a pris en main un petit commerce sur un marché aux poissons. Il n’arrêtait pas de me répéter qu’il fallait travailler dur. Il avait de grands espoirs pour moi", ajoute Zhao. Avec le recul, on peut dire aujourd'hui qu'il ne s'était pas trompé. Au cours des années suivantes, Zhao devient un grand espoir du football chinois et il n’a pas encore 20 ans lorsqu’il reçoit sa première convocation en équipe nationale, en 1998. Cette anée-la, la RP Chine remporte la médaille de bronze des Jeux d’Asie.

La carrière de Zhao suit une trajectoire ascendante. Il participe au retour de Liaoning parmi l’élite en 1998. Trois ans plus tard, il devient le plus jeune capitaine de l’histoire du club, à 22 ans. Pendant ce temps, l’équipe nationale entraînée par Bora Milutinovic se qualifie sans lui pour la Coupe du Monde. Mais le technicien serbe décide de l’inclure dans son groupe pour la phase finale. "D’un seul coup, j'étais tout près de réaliser mon rêve de jouer un jour en Coupe du Monde", se rappelle Zhao. "Je crois que mes performances en championnat l'ont convaincu de me faire confiance. Nos adversaires au premier tour étaient tous très forts. Il avait sans doute besoin d'un milieu défensif dans mon genre pour soulager un peu sa défense."

China walk out for their first-ever FIFA World Cup match against Costa Rica at Korea/Japan 2002
© Getty Images

La recette du succès

La RP Chine connaît un apprentissage difficile en phase finale et concède trois défaites face au Costa Rica (2-0), au Brésil (4-0) et à la Turquie (3-0). Pour Zhao, ces résultats s’expliquent par le manque d’expérience du haut niveau. "Nous étions très tendus sur le terrain. C’était la première fois que nous évoluions à ce niveau", se souvient-il. "Nous avions face à nous des équipes redoutables. Pourtant, les scores ne rendent pas justice à nos performances. Nous aurions sans doute mieux joué si nous avions pu nous qualifier à nouveau."

Avec Arie Haan aux commandes, Zhao et la Team Dragon poursuivent leur progression après la Coupe du Monde. Promu vice-capitaine avant la Coupe d’Asie de l’AFC 2004, il mène la RP Chine à la deuxième place. Dans la foulée, il est élu Joueur chinois de l’année. Mais depuis, tout un pays attend impatiemment une nouvelle participation à la Coupe du Monde.

La Team Dragon a connu quelques ratés lors du deuxième tour des qualifications asiatiques pour Qatar 2022 et compte huit points de retard sur la Syrie. Malgré ces résultats décevants, Zhao pense que l’arrivée de Li Tie, un autre vétéran de l’édition 2002, peut changer la donne. "Li Tie a de solides références", assure Zhao lorsqu’on l’interroge sur l’ancien joueur d’Everton. "Il a joué un rôle important dans notre qualification en 2002 puis tout au long de la phase finale. Il connaît la recette du succès. En tant qu’entraîneur, il collectionne les réussites. Je pense qu'avec lui, l’équipe peut obtenir de très bons résultats", conclut-il.

Ronaldinho of Brazil and Junzhe Zhao of China
© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

Action from Syria 1-0 Philippines in Qatar 2022 qualifying

Qatar 2022 - Zone Asie

La Syrie s'approche, l'Asie centrale s'accroche

20 nov. 2019

 Eldor Shomurodov of Uzbekistan (14) celebrates with Javokhir Sidikov (22).

Qatar 2022 - Ouzbékistan

Shomurodov, artisan du rêve ouzbek

29 mars 2020

Tout le charme de Corée/Japon 2002

Coupe du Monde de la FIFA 2002™

Tout le charme de Corée/Japon 2002

10 juin 2018