Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Zidane : "Le Brésil fait partie de ma vie"

La route qui a mené Zinedine Zidane vers la légende est passée par le Brésil. Ses deux buts en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1998 et son match d'anthologie en quart de finale de l'épreuve reine en 2006 face à la Seleçao *ont offert à Zizou* une place à part dans le panthéon du football.

Mais si le fabuleux destin de ce champion est à jamais lié à ce pays, l'inverse est également vrai. Car le futur du Brésil et "sa" Coupe du Monde ont récemment été mis entre les mains de Zidane, le Français ayant participé au Tirage au Sort final de l'épreuve ce 6 décembre 2013, à Costa do Sauipe. FIFA.com a profité de l'occasion pour le rencontrer et évoquer cette relation particulière qu'il entretient avec la nation du *Roi *Pelé, et ses souvenirs de Coupe du Monde.

Zinedine, quel sentiment avez-vous lorsque vous revoyez les images du quart de finale de la Coupe du Monde 2006 contre le Brésil, où vous avez brillé?
Cela fait du bien ! En fait, je ne regarde pas souvent mes vidéos. Cela rappelle évidemment des bons souvenirs... Il se passait quelque chose de magique sur le terrain pour moi comme pour beaucoup de mes partenaires ce jour-là. On avait vraiment une belle génération de joueurs... C'était un beau moment.

Ce match est-il le plus abouti de toute votre carrière?
C'est ce qu'on m'a souvent dit. En réalité, je ne sais pas. Il fait partie de mes plus belles prestations. Mais est-ce que c'est le plus abouti ? Je n'en sais rien. Je crois qu'il y en a eu quelques autres, en tout cas pour moi...

Mais force est de constater que le Brésil est une équipe qui vous a inspiré. On pense à ce match de 2006 et évidemment à la finale de 1998. Finalement, le Brésil n'était-il pas votre meilleur ennemi ?* Curieusement, quand j'évoque le Brésil avec certains anciens joueurs, il est perçu comme une bonne nation du football, mais sans plus. Me concernant, cette équipe m’a en tous cas toujours inspiré. Face à elle, j'ai toujours réussi à hausser mon niveau de jeu et mes coéquipiers également. A chaque fois qu'on a rencontré la Seleçao*, on savait qu'on était capable de tout. On n'a jamais été favoris. Et c'est souvent dans ces cas-là qu’on réalise les meilleures choses. Cela s’est passé comme ça pour nous.

En deux matches contre le Brésil, vous avez presque humilié la *Seleçao. Pourtant, les Brésiliens ne semblent pas vous en vouloir. Vous sentez-vous chez vous au Brésil?
"Humilier" le mot est peut-être un peu fort… On a gagné, ni plus ni moins (
sourire). Mais c'est vrai, je n’ai pas la sensation qu'ils m'en veulent. À chaque fois que je suis venu ici, les gens m'ont donné l'impression d'être assez admiratifs de ce que j'ai fait contre eux. Alors qu'on aurait pu penser que j'allais recevoir des pierres (rire) ! Pour l'anecdote, j'ai rencontré récemment Monsieur Zagallo, qui était l'entraîneur du Brésil en 1998. Il m'a dit quelque chose de très touchant. Il m'a confié que s'il avait eu un joueur à choisir hors du Brésil à mettre dans son équipe, il m’aurait choisi. Venant du Professeur Zagallo, c'est un compliment formidable.
D'une certaine façon, vos gestes n'ont-ils pas été imprégnés par le football brésilien ? *
Oui, tout à fait ! D'ailleurs, petit, quand je jouais avec mes copains du quartier, on organisait des fausses Coupes du Monde. Quelle équipe on voulait être à chaque fois ? Le Brésil ! Depuis toujours ce pays a fait partie de ma vie. Ensuite le rêve est devenu réalité, j’ai fait une vraie Coupe du Monde, j’ai eu la chance de jouer contre le Brésil. Alors je me suis dit : "Voilà ! Régale-toi ! Il ne peut rien se passer. Même si tu perds, personne ne t'en voudra. Sois bon, éclate-toi ! Et si tu peux gagner contre le Brésil, ça fera joli au tableau de chasse final (sourire) !"

*Quels sont vos premiers souvenirs du football brésilien? *C’est incontestablement la Coupe du Monde de 1982, j'avais 10 ans. Je revois ce maillot jaune, les joueurs comme Socrates, Zico, Julio César… Il y avait tellement de stars…

Quel joueur brésilien vous a le plus marqué? *Il y en a beaucoup… Mais pour moi, pour l'avoir côtoyé, le meilleur c'est Ronaldo, avec qui j’ai joué au Real Madrid.

A quels mots pensez-vous lorsqu'on vous dit “Brésil” ?
La fête, la joie, la gaité, le maillot jaune ! C'est la classe, le bonheur absolu... Et puis c'est un public de connaisseurs. Je pense qu'on va assister à un beau tournoi, avec de beaux joueurs.
L'équipe de France sera notamment du voyage. Qu'avez-vous pensé de sa campagne qualificative ?
*
Elle s’est qualifiée, c'est la bonne nouvelle. Pour un pays comme la France, participer à la Coupe du Monde est essentiel. Après la manière... il s'est passé ce qui s'est passé pendant les qualifications, mais l'important c'est d'y être. On retiendra cela.

*Est-ce que le fait de gagner dans la difficulté peut les aider à se transcender lors des prochaines échéances? *Certainement. Le plus dur est de se qualifier. Et quand vous faites un parcours comme celui-là, vous vous dites : "on y est". Ensuite c'est une autre compétition qui commence. Il y a la phase préparatoire et le tournoi débute six mois après la fin des éliminatoires. C'est là qu'il va falloir être prêt, physiquement et mentalement. Ce sera un autre état d'esprit. Je leur souhaite d'être prêts au mois de juin.

Quelles sont les chances des *Bleus lors de la prochaine Coupe du Monde ?
Ils ont de bonnes chances. Les joueurs sont déjà dans la compétition. Mais je le répète il faudra être prêt le jour J. On peut dire maintenant "ils sont biens" ou "ils ne sont pas biens". Mais en vérité c'est dans six mois qu'il faudra être opérationnel et préparé pour faire quelque chose de grand. Ils en sont capables, la France a les joueurs pour parvenir à faire quelque chose.
Que ressent-on lorsqu'on remporte une Coupe du Monde ? Qu'est-ce que cela signifie sur un plan personnel ? *
La Coupe du Monde, c'est la cerise sur le gâteau ! C'est le summum, on ne peut pas faire mieux. Tout joueur rêve de participer à cet évènement et peu y parviennent. Ensuite, le but est d'aller le plus loin possible, d'atteindre la finale, d'essayer de la gagner, puis de marquer un but... Et quand vous avez fait tout ça, c'est l'apothéose ! C'est le rêve absolu de tout joueur de football.

Qu'est-ce que cela représente pour un pays de gagner un tel trophée ?
C'est énorme ! En 1998, on l'a vécu avec les gens. Même si on était dans notre cocon, à Clairefontaine, on voyait quand même ce qui se passait dehors... C'est formidable ce que le football peut fédérer. C'est ce qu'on a réussi à faire, à un moment donné, au moins pendant un temps : créer cette osmose entre les gens, partout dans la rue. Pendant un temps, on peut dire qu'on a contribué à créer quelque chose d'unique à travers le sport.

*Qu'attendez-vous de la Coupe du Monde au Brésil ? *
Comme tout le monde, je pense que ça sera festif ! Le Brésil c'est le pays du football, tout simplement. Même si le football a été inventé en Angleterre, le Brésil est pour beaucoup dans son évolution. Il faut être à cette Coupe du Monde : s’il y en a une à jouer, c'est celle-là !

Avez-vous un favori ?
Cela serait bien qu'une équipe européenne gagne en Amérique du Sud. Mais je n’ai pas de favori en particulier. A ce niveau il n’y a plus de petites équipes. Avant il y avait des écarts entre les plus grandes nations et les autres, ça s’est beaucoup resserré.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Zidane répond aux utilisateurs Facebook

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Zidane répond aux utilisateurs Facebook

20 déc. 2013

Tirage au sort final : Zinedine Zidane

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Tirage au sort final : Zinedine Zidane

06 déc. 2013